Mali : « Ben le Cerveau » condamné : Kemi Seba promet de militer pour sa libération.

Partage avec tes amis !
L’activiste malien Adama Ben Diarra, connu sous le nom de « Ben le Cerveau », a été condamné hier à deux ans de prison, dont un avec sursis, pour « atteinte au crédit de l’État ». Cette décision a été prise par un tribunal spécialisé dans la lutte contre la cybercriminalité.
Suite à ce verdict, son ami Kemi Seba a réaffirmé son soutien envers le leader du « Mouvement Yéréwolo Debout sur les Remparts » et a promis de militer auprès des autorités pour obtenir sa libération. Il a exprimé sa volonté de plaider en faveur d’une grâce pour ceux qui ont été condamnés, soulignant l’importance du pardon et de la réconciliation.
Le « Mouvement Yéréwolo Debout sur les Remparts », qui soutient la junte au pouvoir, est confronté à des tensions internes au sein de la famille patriotique malienne.
« Nous militerons auprès de nos frères, les autorités pour qu’une grâce puisse être prononcée »
 
« On ne te laissera jamais tomber Ben mon petit frère. Jamais. Nous observons les tensions existantes au sein de la famille patriotique malienne, mais, nous nous battrons pour que le plus tôt possible la paix entre vous revienne. Vous êtes tous (YEREWOLO ET GOUVERNEMENT malien), nos frères et nous vous aimons. Nous militerons auprès de nos frères des autorités pour qu’une grâce puisse être prononcée à l’encontre de ceux qui ont été condamnés » a écrit Kemi Seba sur X

Malgré cela, Kemi Seba a assuré que leur combat pour la paix et l’unité se poursuivrait. Il a souligné que leur seul ennemi était le terrorisme sponsorisé, appelant à l’extinction de la rancune.
Il est à noter que le porte-parole du mouvement, Sidiki Kouyaté, a également été arrêté et inculpé pour « troubles à l’ordre public ». Son procès est prévu pour le 30 novembre prochain. Ces arrestations remettent en question la solidité du « Mouvement Yéréwolo Debout sur les Remparts » et son maintien sur les remparts.
Adama Ben Diarra et Sidiki Kouyaté ont tous deux critiqué les orientations de certaines autorités de la transition et ont appelé à l’organisation des élections présidentielles en 2024, conformément aux promesses faites. La situation reste tendue et l’avenir du mouvement reste incertain.

Comments

comments

Partage avec tes amis !
La Redaction
La Redaction
Publications: 689

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *