Mali : « Tout peut se négocier au Mali sauf la partition du pays » selon le Colonel Malick Diaw.

Partage avec tes amis !
Le Colonel Malick Diaw, président du Conseil national de transition (CNT), a souligné lors de la cérémonie d’ouverture de la session d’octobre, que de nombreux défis pressants persistent au Mali, trois ans après la fin du régime IBK. Aucun des objectifs fixés en termes de sécurité, de justice, de gouvernance et d’élections n’a été atteint.
Dans son discours d’une demi-heure, diffusé à la télévision nationale, le Colonel Malick Diaw a martelé que la sécurité était la priorité absolue. Il a reconnu l’existence d’un plan de reconquête des régions occupées par des groupes barbares et a exhorté le gouvernement Choguel et la MINUSMA à travailler ensemble pour le retrait des casques bleus. Cependant, il a insisté sur le respect strict du chronogramme de retrait établi, qui prend fin le 31 décembre 2023.
Le président du CNT a affirmé que la partition du pays ne pouvait pas être négociée, et que les Maliens étaient prêts à se sacrifier pour préserver leur souveraineté. Il a également souligné l’importance de hisser haut et partout le drapeau malien, symbole de l’unité nationale.
Concernant la question sécuritaire, le Colonel Malick Diaw a assuré que l’armée malienne était une référence en termes de capacité de frappe, tant sur le continent africain qu’ailleurs. Malgré la recrudescence des attaques, il a exprimé sa confiance en la stratégie de l’«imperturbable patriote Assimi Goïta ». Il a qualifié les récentes attaques des groupes terroristes de soubresauts d’un agonisant.
Le président du CNT a dénoncé l’attaque du bateau civil « Tombouctou » en septembre, qui a coûté la vie à 49 civils, principalement des femmes et des enfants. Il a critiqué le silence indifférent des organisations de défense des droits de l’homme et de la communauté internationale face à cet acte lâche.
En ce qui concerne l’élection présidentielle, le Colonel Malick Diaw a soutenu son report, considérant cela comme une garantie pour un scrutin transparent, crédible et inclusif. Il a également abordé la question du coût de la vie élevé et des délestages récurrents, appelant le gouvernement à communiquer de manière plus efficace.
Le président du CNT a souligné l’importance d’une justice au service des citoyens, caractérisée par la clarté, la célérité et la probité, avec des décisions rendues par des magistrats impartiaux.
Avec Maliweb

Comments

comments

Partage avec tes amis !
La Redaction
La Redaction
Publications: 689

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *